Patent & Trademark Agents & Attorneys - Attorneys at  Law
 
In 2015, our firm will be present at:
- INTA Meeting, San Diego, USA, May 2-6
- Campus Asie 2015, Shanghai, CHINA, May 7-9
- AngkorPAT - IPR 2014, Siem Reap, CAMBODIA, Nov. 19-21
- AIPLA Meeting, Washington DC, Oct. 22-24
- APAA Meeting, Okinawa, JAPAN, Nov. 13-17

Legal Links

 

JURISDICTIONS - International

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The International Court of Justice is the principal judicial organ of the United Nations. Its seat is at the Peace Palace in The Hague (Netherlands). It began work in 1946, when it replaced the Permanent Court of International Justice which had functioned in the Peace Palace since 1922. It operates under a Statute largely similar to that of its predecessor, which is an integral part of the Charter of the United Nations.

La Cour internationale de Justice est l'organe judiciaire principal de l'Organisation des Nations Unies (ONU). Elle siège au Palais de la Paix, a La Haye (Pays-Bas). Elle a commencé a fonctionner en 1946, prenant la suite de la Cour permanente de Justice internationale qui siégeait dans les mêmes locaux depuis 1922. Elle est régie par un Statut qui fait partie intégrante de la Charte des Nations Unies et qui est très semblable a celui de sa devancière.

 

The International Criminal Court has been established for more than 50 years since the United Nations first recognized the need to establish an international criminal court, to prosecute crimes such as genocide. In resolution 260 of 9 December 1948, the General Assembly, "Recognizing that at all periods of history genocide has inflicted great losses on humanity; and being convinced that, in order to liberate mankind from such an odious scourge, international co-operation is required", adopted the Convention on the Prevention and Punishment of the Crime of Genocide. Article I of that convention characterizes genocide as "a crime under international law", and article VI provides that persons charged with genocide "shall be tried by a competent tribunal of the State in the territory of which the act was committed or by such international penal tribunal as may have jurisdiction . . ." In the same resolution, the General Assembly also invited the International Law Commission "to study the desirability and possibility of establishing an international judicial organ for the trial of persons charged with genocide . . .".

Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale a été adopté le 17 juillet 1998 par la Conférence diplomatique de plénipotentiaires des Nations Unies sur la création d'une Cour criminelle internationale. Conformément à son article 125, le Statut a été ouvert à la signature de tous les États au Siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture à Rome le 17 juillet 1998. Il a ensuite été ouvert à la signature au Ministère des affaires étrangères de l'Italie à Rome jusqu'au 17 octobre 1998. Après cette date, le Statut a été ouvert à la signature au Siège de l'Organisation des Nations Unies à New York où il le sera jusqu'au 31 décembre 2000.

  

The European Court of Human Rights was established by the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms which was drawn up within the Council of Europe. It was opened for signature in Rome on 4 November 1950 and entered into force in September 1953. Taking as their starting point the 1948 Universal Declaration of Human Rights, the framers of the Convention sought to pursue the aims of the Council of Europe through the maintenance and further realisation of human rights and fundamental freedoms. The Convention was to represent the first steps for the collective enforcement of certain of the rights set out in the Universal Declaration.

La Cour Européenne des Droits de l'Homme dispose que tout Etat contractant (requête étatique) ou tout particulier s’estimant victime d’une violation de la Convention (requête individuelle) peut adresser directement à la Cour de Strasbourg une requête alléguant une violation par un Etat contractant de l’un des droits garantis par la Convention. Une note à l’usage des requérants et des formulaires de requête peuvent être obtenus au greffe.

La procédure devant la Cour est contradictoire et publique. Les audiences, qui ne sont tenues que dans une minorité de cas, sont publiques, à moins que la chambre/Grande Chambre n’en décide autrement en raison de circonstances exceptionnelles. Les mémoires et autres documents déposés au greffe de la Cour par les parties sont en principe accessibles au public.

Les requérants individuels peuvent soumettre eux-mêmes des requêtes, mais une représentation par un avocat est recommandée, et même requise, pour les audiences ou une fois que la requête a été déclarée recevable. Le Conseil de l’Europe a mis en place un système d’assistance judiciaire pour les requérants ayant des ressources insuffisantes.

 

The European Court of Justice was established in order to construct a European union, the Member States (now 25) concluded treaties establishing the European Communities, and subsequently the European Union, with institutions which adopt legal rules in specific fields. Thus, the Communities produce their own legal acts and laws.

In order to ensure that the law is respected, understood and uniformly applied in all the Member States, judicial bodies are necessary. These judicial bodies are the Court of Justice and the Court of First Instance of the European Communities.
 

The Court of First Instance was created in 1989 in order to assist the Court of Justice with its workload. 

In other words, the Court of Justice and the Court of First Instance, along with the national courts, constitute the judicial power of the European Communities. The essential task of the Court of Justice is the uniform interpretation of Community law. In particular, it answers questions which are referred to it by national courts whose role is fundamental as they are the first bodies to apply Community law.

La Cour de Justice Européenne est composée de vingt-cinq juges et de huit avocats généraux. Si la Cour le demande, le Conseil, statuant à l’unanimité, peut augmenter le nombre d’avocats généraux. Les juges et les avocats généraux sont désignés d'un commun accord par les gouvernements des États membres pour un mandat de six ans renouvelable. Ils sont choisis parmi des juristes offrant toutes les garanties d'indépendance et qui réunissent les conditions requises pour l'exercice, dans leurs pays respectifs, des plus hautes fonctions juridictionnelles, ou qui possèdent des compétences notoires. 

 

The International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia (ICTY) was established by Security Council resolution 827. This resolution was passed on 25 May 1993 in the face of the serious violations of international humanitarian law committed in the territory of the former Yugoslavia since 1991, and as a response to the threat to international peace and security posed by those serious violations.

Selon la lettre et l'esprit de sa Résolution fondatrice, le mandat du Tribunal Pénal International pour l'Ex-Yousgoslavie TPIY est multiple:

Traduire en justice les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire.
Rendre justice aux victimes.
Prévenir la commission de nouvelles violations du droit international humanitaire.
Imposer la vérité judiciaire afin d'empêcher le révisionnisme, de contribuer au rétablissement de la paix et de favoriser la réconciliation dans l'ex-Yougoslavie.

 

The International Criminal Tribunal for Rwanda (ICTR) was created by the Security Council with the adoption of resolution 955 of 8 November 1994, acting under Chapter VII of the United Nations Charter, after recognizing that serious violations of humanitarian law were committed in Rwanda. The purpose of this measure is to contribute to the process of national reconciliation in Rwanda and to the maintenance of peace in the region. By resolution 977 of 22 February 1995, the Security Council decided that the seat of the Tribunal would be located in Arusha, United Republic of Tanzania. The International Criminal Tribunal for Rwanda was established for the prosecution of persons responsible for genocide and other serious violations of international humanitarian law committed in the territory of Rwanda between 1 January 1994 and 31 December 1994. It may also deal with the prosecution of Rwandan citizens responsible for genocide and other such violations of international law committed in the territory of neighbouring States during the same period.

Reconnaissant que des violations graves du droit humanitaire ont été commises au Rwanda et agissant en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies, le Conseilde sécurité, par sa résolution 955 (1994) du 8 novembre 1994, a créé le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Cette mesure visait aussi à contribuer au processus de réconciliation nationale au Rwanda et au maintien de la paix dans la région. Par sa résolution 977 (1995) du 22 février1995, le Conseil de sécurité a décidé que le siège du Tribunal serait à Arusha en République-Unie de Tanzanie.

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda a été créé pour juger les personnes présumées responsables d’actes de génocide et d’autres violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire du Rwanda et les citoyens rwandais présumés responsables de tels actes ou violations du droit international commis sur le territoire d’États voisins entre le 1 er janvier et le 31 décembre 1994.

 

The American Society of International Law (ASIL) was founded in 1906 and incorporated by Act of Congress in 1950, is a 501(c)(3) organization under the U.S. Internal Revenue Code and has been granted Consultative Status (Category II) to the United Nations. It is the premier membership organization in the United States dedicated to advancing the study and use of international law. For nearly a century the Society has helped set milestones in the evolution of international law through its participation in the international policy process. It is both a non-partisan forum for debate and discussion and an educational institution fostering innovative thinking on issues of law, international relations, and public policy. With new initiatives ranging from judicial outreach programs to expanding Internet resources on international law, the ASIL is entering its second century focused on bringing the American public and policy-makers the information, analysis, and resources they need to act on international law's increasing role in public affairs.

 

Electronic Information System for International Law (EISIL) has been developed, with the support of the Andrew W. Mellon Foundation, by the American Society of International Law (ASIL), a scholarly association that has been a leader in the analysis, dissemination and development of international law since 1906.

ASIL’s goal is to ensure, through EISIL, that web searchers can easily locate the highest quality primary materials, authoritative web sites and helpful research guides to international law on the Internet. To this end, EISIL has been designed as an open database of authenticated primary and other materials across the breadth of international law, which until now have been scattered in libraries, archives and specialized web sites.

Users can connect directly to the web resource that interests them by clicking on its title, but will also find valuable added information through a “More Information” button on each record. Legal citations, entry into force and signature dates, amendments and brief descriptions are among the specialized data made available by EISIL’s content providers.

 

 

Juridictions - FRANCE

 

Le Conseil Constitutionnel est l'émanation de la Constitution du 4 octobre 1958 qui est le texte fondateur de la Ve République. La Constitution a été adoptée par référendum le 28 septembre 1958, elle organise les pouvoirs publics, en définit leur rôle et leurs relations. Elle est le quinzième texte fondamental (ou le vingt-deuxième si l'on compte les textes qui n'ont pas été appliqués) de la France depuis la Révolution Française.

Norme suprême du système juridique français, elle a été modifiée à dix-sept reprises depuis sa publication par le pouvoir constituant, soit par le Parlement réuni en Congrès, soit directement par le peuple à travers l'expression du référendum. A la révision du 22 février 1996, la Constitution était subdivisée en quinze titres, soit un total quatre-vingt-six articles et un Préambule. La révision du 28 juin 1999 ajoute un alinéa et un article. La révision du 28 mars 2003 ajoute six articles, soit désormais seize titres, quatre-vingt-quinze articles et un Préambule.

Ce dernier renvoie directement et explicitement à deux autres textes fondamentaux : la
Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789 et le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 (la Constitution de la IVe République).

Les juges n'hésitant pas à les appliquer directement, le législateur étant toujours
soucieux de les respecter, sous le contrôle vigilant du juge constitutionnel, ces énumérations de principes essentiels ont leur place dans le bloc de constitutionnalité. Les règles relatives à
 
la révision de la Constitution sont prévues par la Constitution elle-même.

 

La Cour de Cassation a été promulgué le 21 mars 1804 en même temps que le Code civil des Français. Le Code civil est non seulement un monument de l'histoire du droit français - à la fois aboutissement et point de départ - mais aussi un des codes fondateurs de l'ère contemporaine en Europe.

 

Le Conseil d'État est conseiller du gouvernement. Il examine les projets de loi et d'ordonnance, avant que ceux-ci ne soient soumis au Conseil des ministres, ainsi que les projets de décret en Conseil d'État. Le Conseil d'État émet un avis sur la régularité juridique des textes, sur leur forme et sur leur opportunité administrative. Il peut par ailleurs être consulté par le gouvernement sur toute question ou difficulté d'ordre juridique ou administratif. Il indique au gouvernement quels sont, parmi les projets de textes communautaires, ceux qui touchent à des questions législatives et doivent en conséquence être transmis au gouvernement.

 

La Cour des Comptes a aujourd'hui des missions étendues : 

- Le contrôle de régularité : la Cour, juge des comptes des comptables publics de l'Etat

- Le contrôle de la gestion : la Cour et le bon emploi des fonds publics

- L'assistance au Parlement et au Gouvernement

 

La cour d'appel de Paris siège dans un Palais de justice conservant la mémoire de près de huit cents ans d'histoire. Son ressort s'étend de Paris aux portes de la Bourgogne. Elle est saisie de contentieux les plus variés du fait de l'importance et de la diversité du tissu social et économique de son ressort. C'est une juridiction soucieuse de répondre aux besoins des justiciables de notre temps.
La cour d'appel est aussi un organisme de gestion englobant et contrôlant un ensemble de services qui concourent, chacun dans son domaine, au fonctionnement du service public de la Justice.

 

 

 

Website Builder